Les mercredis créatifs : introduction au mouvement Maker

Cécilia Courbot-Dewerdt, professeure documentaliste au Lycée Condorcet à Lens, présente la mise en place d’ateliers créatifs, espaces de mise en œuvre du mouvement Maker qui fait partie de l’axe 2 des TraAM EMI 2021-2022.

Autrice : Cécilia Courbot-Dewerdt (Lycée Condorcet, Lens)

 

Compétences du CRCN

Domaine 3 – Création de contenu

3.3 Adapter les documents à leur finalité (Niveaux 2 et 3)

3.4 Programmer (Niveau 3)

Domaine 5 – Environnement numérique

5.1 Résoudre des problèmes techniques (Niveau 3)

5.2 Évoluer dans un environnement numérique (Niveau 4)

 

Le lycée Condorcet est doté depuis 2018 d’un EIP, Espace d'Innovation Partagé, nommé microFabLab, et équipé par la région de machines commandées par ordinateur et d’électronique. Après un temps de rodage nécessaire pour l’apprentissage des différents équipements, cet espace a été ouvert dans un premier temps à l’équipe éducative. L’idée était bien sûr de l’ouvrir à l’ensemble des élèves mais le projet a été retardé par les différentes mesures de prévention anti-COVID. Cette année, même si l’organisation de clubs est restée complexe en début d’année, il a tout de même était possible d’expérimenter le dispositif des mercredis créatifs.

Le mercredi après-midi, le microFabLab est ouvert par les deux fablab managers, une professeure documentaliste enseignant en SNT et une laborantine de SVT. Cependant, proposer aux élèves de venir fabriquer alors qu’ils ne connaissent pas les possibilités des lieux n’est pas suffisant. Le mouvement Maker est basé sur le partage de la connaissance et des outils nécessaires à la fabrication. Il peut être, comme ici, adossé à un FabLab pour utiliser les différentes machines au service de la créativité et du faire soi-même (https://lejournal.cnrs.fr/articles/des-makers-aux-fablabs-la-fabrique-du-changement ). Pour favoriser la capacité à innover et à créer des élèves, il faut d’abord qu’ils prennent conscience du potentiel des outils et des logiciels mis à leur disposition.  Aussi, avons-nous décidé d’en un premier temps de proposer des mercredis créatifs thématiques permettant aux élèves de s’approprier progressivement les outils de modélisation et les limites des machines afin de les rendre progressivement autonomes dans leur utilisation du lieu.

Les premiers thèmes -créer son carnet récup’, des décorations de noël, customiser son t-shirt - ont été créés pour permettre aux élèves d’améliorer leur compétence de manière incrémentielle en terme de modélisation 2D et d’utilisation du logiciel de dessin vectoriel Inkscape (https://inkscape.org/fr/ ) et leur permettre de découvrir deux des machines disponibles, un plotter de découpe et une découpeuse laser. La découverte de la modélisation 3D, plus complexe, s’est faite sur un créneau plus long (2 demi-journées) durant la semaine culturelle du lycée (ateliers proposés aux élèves ne partant pas en voyage scolaire) avec la réalisation d’un support à téléphone basé sur un animal avec l’outil de modélisation en ligne Tinkercad (https://www.tinkercad.com/). Malgré l’aspect un peu magique de l’impression 3D, les élèves sont facilement rebutés par l’apprentissage de la modélisation et se comportent facilement en consommateur, souhaitant imprimer seulement un modèle présent gratuitement sur le net. Nous nous sommes donc fixées comme règle de leur demander au moins une personnalisation du modèle téléchargé afin de les amener à être plus créatif.

D’autres ateliers créatifs leur ont été proposés comme la réalisation de tirages cyanotypes ou numériques comme la possibilité de retaper un ancien PC en le passant en Linux et en les accompagnants dans l’utilisation de ce système d’exploitation. La participation à un de ces ateliers a encouragé la participation aux autres et sur la vingtaine d’élèves touchés cette année, un peu moins de la moitié a assisté à plusieurs ateliers. Les élèves ayant travaillé en cours de SNT sur des modules électroniques ou robotiques ne se sont pas plus impliqué que les autres dans l’utilisation du FabLab. Enfin, pour la troisième année consécutive, l’intégration d’élèves en raccrochage scolaire aux activités du FabLab a eu un impact bénéfique sur la reprise de l’assiduité scolaire par ceux-ci. Il s’agit de cas isolés, ayant déjà exprimé un intérêt pour le numérique ou la créativité, qui fournissent une aide pour des projets pédagogiques en cours ou qui participent aux ateliers proposés.

Le problème principal concerne la communication vers les élèves pour faire connaître cet espace et son potentiel créatif. Malgré l’utilisation de nombreux canaux de diffusion de l’établissement tant numériques que papier, des élèves fréquentant pourtant régulièrement le CDI auquel est adossé le microFabLab, n’ont pris connaissance que très tardivement de l’existence d’ateliers le mercredi après-midi. Un autre obstacle a surmonté les années prochaines est le manque de motivation des élèves à rester un ou deux heures de plus au lycée, même pour fabriquer quelque chose pour eux. Ceux qui le font le mercredi au CDI sont là pour travailler au calme et se déclarent peu intéressés par des activités créatives.

Même si le mouvement Maker se développe sous de nombreuses formes en France et notamment dans les médiathèques, les élèves en ont peu connaissance et le travail de sensibilisation sera long. Le petit noyau constitué cette année étant essentiellement composé de secondes, nous espérons les retrouver toujours plus motivés à la rentrée prochaine et, pourquoi pas, avec leurs propres projets…

Exemple de carnets réalisés par les élèves avec la découpeuse laser :

Mercredicreatif1.jpg

Décorations de Noël en plexi :

mercredicreatif2.jpg

Personnalisation de T-shirt avec le plotter de découpe :

mercredicreatif3.jpg

Création d’un support de téléphone dinosaure par un élève de terminale :

mercredicreatif4.jpg

Cyanotypes des élèves en train de sécher :

mercredicreatif5.jpg

Réalisation d’un tirage cyanotype :

mercredicreatif6.jpg